Les Essentiels

La toute première collection d’Ombre Claire parlait des liens, des liens tressés entre les gens et entre les cultures. Je tressais les tissus de différents origines entre eux, des wax, des vichy, des liberty, et une fois les liens créés j’y accrochais des pièces d‘argent.

Puis il a eut la collection des secrets, avec des boites à ouvrir ou à fermer, des cloches à qui chuchoter des mots, des bagues gravés de motifs à l’intérieur.

La collection des migrateurs est venue ensuite, puis les brodés, les flèches amérindiennes, les antiques, les kimonos japonais, la collection marocaine, la collection indienne, les grigris, les architectures, l’Atlantide, les écumes, Brancusi, Matisse, Nefes de Pina Bausch, le jardin des peintres, la plage, le grenier de la campagne, l’éclipse solaire, les pêcheurs islandais, le farniente, le Bigger Splash, la collection Sahara, le berceau, les Olympes, Muséum… Depuis 2005, deux collections chaque année ce succèdent.

Les bijoux ont été glissés sur des tissus, puis sur des liens de soie, des chaines fines, des chaines épaisses, un jour ils ont été trempés dans de l’or et miracle une collection en vermeil est arrivé ! Un été j’ai essayé d’y intégrer du bois d’acacia, un hiver du bois d’ébène, et puis mon association préférée est restée : celle de l’argent et du bronze.

Chaque saison une nouvelle collection emmène les bijoux dans un nouvel univers. Chaque saison de nouvelles formes à dessiner pour moi et pour les artisans au Niger et au Mali.

Et quelques mois plus tard, on passe à autre chose, on abandonne cette dernière histoire. On rompt le fil du voyage.

 

Il y a quelques années nous est alors venu l’idée de raconter ces traversées à travers la collection permanente d’Ombre Claire « les Essentiels ».

Nous piochons donc dans la dernière collection, avant de la quitter, nos modèles préférés et vos modèles préférés et nous les ajoutons à cette collection signature, cette collection qui est l’ADN de la marque Ombre Claire.

Nous choisissons avec Axelle les modèles, parfois nous sommes d’accord : « c’est évident les boucles poésie restent ! » et parfois Axelle veut un modèle, moi un autre, alors on garde le tout et la saison suivante, on en reparle.

 

Cette collection c’est notre trame, ce pour quoi vous aimez notre marque et parfois nous avons du mal à la décrire. Elle est mouvante. Parfois j’ai envie de tout balayer et tout changer et parfois je veux garder tous ces bijoux sur lesquels nous avons autant travaillé.

Les amoureux du collier Téra posent alors près des créoles écumes, du bracelet palmette, des bagues semainier et des bracelets brodés. La naïve hirondelle part dans un paquet cadeau avec le bracelet géométrique carré, et Axelle envoie par la poste un colis avec une chevalière pour femme farniente et une fine bague flèche. Finalement ce joyeux bazar fonctionne bien. La patine des artisans touaregs, leurs savoir-faire est la colonne vertébrale de toutes ces histoires.

Ce matin une cliente arrive à l’atelier, elle me demande de changer un lien de soie sur un collier qu’elle a acheté il y a au moins 14 ans… Elle sort de son sac à main un petit tissu dans lequel est bien protégé le pendentif « amagal » : la cloche à secret. Après un petit nettoyage et la cloche montée sur un nouveau lien, la cliente repart avec son collier comme neuf. Cela m’a fait plaisir de revoir cet ancien modèle…

Dans le silence de l’atelier je demande à Axelle : « on ne pourrait pas le remettre dans les essentiels celui là ? je l’aimais bien quand même »

Voilà comment vit la collection des essentiels d’Ombre Claire…

N’hésitez donc pas à venir avec vos anciens modèles, et nous dire ceux que vous voudriez revoir dans nos vitrines !

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published

English en